Qu’est-ce que la méthode cycle en V ?

Le modèle cycle en V a été déployé pour le secteur industriel dans les années 1980. Il a ensuite gagné en visibilité grâce à l’informatique, comme la plupart des méthodes de gestion de projet. Avec le temps, le système a été supplanté par les nouveaux outils de prédilection des développeurs comme Scrum, Kanban, SAFe… Ce mode de fonctionnement reste néanmoins intéressant pour certaines équipes. 

Pourquoi choisir la méthode cycle en V ?

La méthode cycle en V était particulièrement appréciée dans la gestion de projet avant l’avènement d’Internet. Depuis les années 2000, l’évolution technologique a toutefois mis en exergue le manque de flexibilité et de réactivité dû à ce système. Les managers ont donc opté pour des solutions plus souples et rapides. D’ailleurs, ce constat reste valable comme en témoigne le succès de la méthode agile.  

Cela dit, ce modèle possède différents atouts pour le pilotage de projets. Il permet notamment d’éviter de redéfinir continuellement les spécifications initiales. En effet, la conception implique la rédaction de documentations détaillées et exhaustives. Chaque point devra ensuite passer par la validation après la création le produit. Une fois validée, une étape n’est plus reconsidérée et facilite la progression. 

Grâce à ses spécifications, ce modèle permet aux agents de connaître d’emblée toutes les étapes du projet. Chaque travailleur pourra donc se repérer par rapport à l’ordonnancement des tâches et connaître exactement la finalité de sa mission. Cette situation lui accorde une grande autonomie contrairement aux méthodes de la gestion de projet nécessitant des réunions de pilotage quotidiennes. 

D’autre part, les chefs d’équipe peuvent réutiliser la structure des documents rédigés durant la phase de conception (étude de faisabilité, cahier de tests, cahiers des charges…). Ainsi, il ne sera plus nécessaire de refaire ces opérations fastidieuses. Il suffit de procéder à quelques ajustements par rapport au contexte du nouveau projet. 

Pourquoi choisir la méthode cycle en V ?
Source elenabsl / Shutterstock

Quand l’utiliser ?

La méthode cycle en V ne requiert pas de temps pour former les intervenants sur le projet. En effet, les spécifications techniques ont déjà été définies au préalable. Vous aurez seulement besoin de quelques réunions pour l’information, le pilotage et la validation. De plus, les vérifications sont prévues dès la conception. Elles permettent ainsi d’anticiper les risques et de mettre au point des solutions. 

Vu ses particularités, ce modèle sera toutefois contraignant pour les activités reposant sur la flexibilité et la communication. Les finalisations d’étapes sont par ailleurs définitives. Néanmoins, cette méthode traditionnelle de la gestion de projet reste pertinente dans différentes situations. Elle convient notamment aux projets :

  • Répondant à un appel d’offres qui précise d’emblée les exigences des clients ;
  • Nécessitant peu d’échanges entre des intervenants qui maîtrisent toutes les étapes de l’opération ;
  • Avec un cahier des charges immuable durant toute la phase d’exécution ;
  • Se conformant à des exigences qualité établies en amont ;
  • Ne présentant aucun risque de décalage technologique entre l’étude des besoins et le développement de l’application.

Toutefois, l’efficacité de ce modèle repose essentiellement sur le travail réalisé durant la phase de conception. Il est donc indispensable de recourir à des outils de la gestion de projet dans cette démarche. De cette manière, vous faciliterez la mise en œuvre et les vérifications sur le produit fini. 

Quand l’utiliser ?
Source KeyStock / Shutterstock

Quelles sont les 9 étapes de la méthode cycle en V ?

La méthode cycle en V doit son nom à la représentation graphique de ses 9 étapes. La partie descendante correspond à la phase de conception et inclut les étapes 1 à 4. L’étape 5 représente la mise en œuvre et forme le point d’inflexion (la base du V). Enfin, la phase ascendante matérialise la validation et englobe les 4 dernières étapes. En respectant cet ordre, le modèle se décompose en :

  • Expression des besoins et analyse de faisabilité ;
  • Rédaction du cahier des charges incluant les spécifications du produit ;
  • Conception globale (ou architecturale) ;
  • Conception détaillée ;
  • Mise en œuvre ou exécution du projet ;
  • Tests unitaires, concernant tous les livrables et se trouvant au même niveau que la conception détaillée ;
  • Réalisation et vérification de l’intégration, pour tester l’ensemble du système et fait face à la conception globale ;
  • Validation, focalisée sur l’adéquation du résultat avec les spécifications du cahier des charges ;
  • Test d’acceptation ou recette fonctionnelle, correspondant à la validation du client de la conformité des résultats par rapport à ses besoins initiaux.

Après la mise en œuvre, chaque étape fait écho à un niveau équivalent dans la phase descendante. La conception procède ainsi du concept aux détails techniques, tandis que la validation est effectuée du particulier vers l’idée initiale. 

Quelles sont les 9 étapes de la méthode cycle en V ?
Source fizkes / Shutterstock

Cycle en V ou Scrum : choisir la méthode adaptée à votre projet

Le principal atout du cycle en V réside dans le traitement définitif de chaque étape du projet. Ainsi, vous n’aurez pas besoin de revenir sur des points déjà traités. Le modèle comporte toutefois divers inconvénients comme le manque d’échanges, de feedback et de souplesse. De plus, certains produits risquent d’être obsolètes avant leur sortie en raison du caractère non modifiable des spécifications

La méthode Scrum, de son côté, permet d’adapter le projet en fonction de l’évolution des besoins du client. Par ailleurs, la communication continue permet de motiver et de responsabiliser tous les membres de l’équipe. Les réunions quotidiennes limitent cependant la mobilité et l’autonomie des agents. Le télétravail est envisageable en cas de déplacement. En revanche, votre collaborateur n’aura pas de plan d’action, s’il est coupé du reste de l’équipe. 

Vous devez en somme étudier les particularités de votre activité et de votre équipe pour choisir entre ces deux méthodes. Si vous maîtrisez totalement votre projet, vous pourrez dresser un cahier des charges pertinent et complet. Vous avez ainsi les moyens d’opter pour le cycle en V. Enfin, vous pourrez envisager le mode agile, si vous disposez de collaborateurs capables de participer activement au projet. 

Image de couverture KostiantynL / Shutterstock

Nos articles