Créé en France en 1988 pour remédier au chômage des cadres, le portage salarial est un mode de travail qui permet aux professionnels de travailler de manière indépendante tout en profitant du statut de salarié. Autrement dit, en optant pour le portage salarial, vous intervenez en tant que consultant auprès des entreprises tout en bénéficiant d’une couverture sociale. Vous êtes tenté par cette idée et vous souhaitez savoir comment fonctionne la rémunération en portage salarial avant de prendre une décision ? Découvrez dans cet article comment calculer votre salaire net par rapport à votre facturation, en tenant compte des frais qui sont à votre charge.

Que faut-il savoir sur le contrat et la rémunération en portage salarial ?

Pour rappel, le portage salarial est une relation tripartite entre une entreprise de portage (société porteuse), le salarié porté et le client. Dans ce système de travail, ce n’est pas la société de portage qui trouve des missions au porté.

C’est ce dernier qui réalise ses prospections et se voit confier du travail par ses clients. L’entreprise de portage entre en scène à ce moment et joue le rôle d’intermédiaire. Elle conçoit le contrat de prestation de services avec l’entité cliente en employant le consultant comme salarié. C’est donc à l’initiative du travailleur que se déclenche tout processus de portage salarial.

Le salarié porté perçoit un salaire minimal pour un travail à temps plein :

  • 70 % du plafond de la Sécurité sociale en moyenne pour un travailleur porté dans la catégorie junior ;
  • 75 % du plafond de l’Assurance santé pour un salarié porté classé dans la catégorie senior ;
  • 85 % du plafond de la Sécurité sociale pour un employé porté en forfait-jour.

En tant que salarié porté, vous pouvez négocier directement le taux journalier moyen avec votre client. Pour obtenir un revenu net en portage salarial, il faudra prendre en compte les charges salariales, les frais de gestion de l’entreprise de portage et les charges patronales.

Il n’est pas aisé de définir une rémunération fixe pour un travailleur porté, car ces paramètres varient d’une société de portage à une autre.

Toutefois, en fonction de tous les éléments fournis par les structures lors de votre prospection, il est possible de faire une simulation de portage salarial pour calculer vos revenus en ligne. De fait, certaines plateformes spécialisées mettent à disposition des salariés des simulateurs en ligne qui permettent d’avoir une idée approximative de leur rémunération lorsqu’ils se lanceront dans le portage.

salarié portage salarial

Comprendre les éléments de calcul du salaire net en portage salarial

Le premier avantage du portage salarial est qu’il permet aux professionnels d’entreprendre sans s’exposer à certains risques. De fait, le salarié porté n’a pas besoin de créer une structure à part entière pour exécuter ses missions. Il exerce une activité d’indépendant et celle-ci commence dès qu’il signe sa première fiche de mission.

Le porté n’engage donc aucun risque personnel ou financier. En cas de rupture de l’accord avec la société de portage, il a droit aux avantages associés au statut de salarié et peut recevoir les cotisations payées pendant qu’il travaillait, en attendant de retrouver une situation stable, ce qui n’est pas possible s’il exerçait une activité indépendante.

Ce statut permet donc de combiner la sécurité du salariat et la liberté du statut de travailleur indépendant.

De plus, la gestion administrative de l’activité est simplifiée, car elle est prise en charge par l’entreprise de portage qui s’occupe du recouvrement auprès des clients, de la comptabilité, de la facturation, des charges et surtout de la rémunération du porté. Alors, quels sont les éléments pris en compte pour calculer le revenu du salarié porté ?

Le salaire brut

La rémunération brute d’un consultant en portage salarial correspond à l’ensemble des honoraires facturés aux clients, mais également aux avantages sociaux cumulés : congés payés, prime de précarité, etc.

Sachez que le consultant est libre de déterminer le montant de ses honoraires. En tant que porté, vous pouvez donc fixer vos prix et négocier vos tarifs avec les clients. Dans tous les cas, en portage salarial, le taux journalier d’un travailleur doit être supérieur à 300 €.

Le salaire brut du salarié porté joue le rôle de base pour le calcul de la rémunération nette. Par conséquent, le revenu net de ce consultant correspond à son salaire brut, duquel ont été déduits les cotisations sociales, les frais de gestion et la mutuelle obligatoire de l’entreprise.

Les frais de gestion

Ces frais correspondent aux commissions prélevées par l’entreprise de portage pour se rémunérer. Ces indemnités varient en fonction des sociétés. En moyenne, les sociétés de portage prélèvent entre 5 et 10 % du chiffre d’affaires cumulé du travailleur pour leur rémunération.

Le pourcentage des frais de gestion varie aussi en fonction de l’ancienneté et du chiffre d’affaires du consultant. Ces frais sont souvent dégressifs. Plus le chiffre d’affaires du salarié porté augmente, plus faibles seront les commissions prélevées par la structure de portage.

Les frais de gestion ne doivent pas être considérés comme des frais contribuant à la réduction de la rémunération du consultant. Ils permettent aux travailleurs portés de profiter de plusieurs prestations très avantageuses :

  • la structure de portage s’occupe des facturations de leurs missions et des relances à effectuer,
  • l’entreprise qui emploie le salarié porté lui offre un accompagnement personnalisé pour l’aider à évoluer dans son activité,
  • le consultant profite d’une assistance juridique en cas de litige avec l’un de ses clients,
  • il accède au réseau professionnel de l’entreprise afin d’élargir son carnet d’adresses,
  • il bénéficie d’une assurance de responsabilité civile professionnelle.

portage salarial entrepreneur

Les cotisations sociales

Le consultant en portage salarial est tenu de s’acquitter des cotisations sociales. Dans le cadre de ce mode de travail, l’employeur (société de portage) et le travailleur (salarié porté) participent au paiement des cotisations sociales. En conséquence, l’entreprise doit s’acquitter des charges patronales et l’employé doit s’acquitter des charges salariales.

Les frais de fonctionnement

Dans le cadre de la réalisation de ses missions, le consultant peut avoir à s’acquitter de certains frais professionnels :

  • les frais de mission : ce sont les dépenses engagées par le travailleur pour se déplacer, se nourrir ou se loger. Ces frais doivent faire l’objet de négociation au préalable avec le client pour qu’ils puissent figurer sur le contrat de prestation. Ils ne sont pas pris en compte pour le calcul du revenu brut. Ils s’ajoutent donc au salaire net perçu lorsqu’ils sont payés par les clients.

Enfin, les frais de fonctionnement sont des dépenses inhérentes à l’activité du consultant, telles que les frais de prospection ou d’abonnement internet, ou encore les dépenses relatives à l’acquisition de fournitures.

Voir d'autres news