Se former au Design Thinking : pourquoi ?
Image de couverture par Ulrich Wechselberger de Pixabay

Le Design Thinking est une méthode définie formellement par le designer américain Rolf Faste dans les années 1980. Elle repose sur la transdisciplinarité, les retours clients et la co-créativité. Aujourd’hui, cette approche intéresse de plus en plus les entreprises en raison de son efficacité managériale. Elle est en effet propice à l’innovation et à la cohésion des équipes. 

Quels sont les principes du Design Thinking ?

Quels sont les principes du Design Thinking ?
Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

Qu’est-ce que le Design Thinking ? Cette méthode se résume en 3 points clés, à savoir l’inspiration, l’imagination et la mise en œuvre. Ces trois éléments sont toutefois déployés de manière enchevêtrée (non linéaires). L’idée est de cerner une problématique, d’analyser son contexte et de trouver un concept pour le résoudre. 

Pour développer cette approche, Rolf Faste s’est notamment basé sur l’ouvrage de Robert H. McKim : Visual Thinking. Ce dernier incite à penser comme un designer pour réussir à concilier ses aptitudes analytiques et intuitives. À l’origine, Faste a proposé 5 étapes pour cette démarche :

  • Définir (cerner le problème) ;
  • Rechercher (pistes de solution) ;
  • Imaginer (brainstorming) ;
  • Prototyper (premières ébauches) ;
  • Sélectionner ;
  • Implémenter (concrétiser le projet) ;
  • Apprendre (tirer des leçons des retours clients).

Lors de la formation Design Thinking, ces phases peuvent aussi être réduites à 5 points :

  • Définir ;
  • Imaginer ;
  • Synthétiser ;
  • Prototyper ;
  • Tester.

Quoi qu’il en soit, l’empathie est un élément incontournable dans le cadre de cette démarche. Elle permet d’identifier les besoins des consommateurs et d’ajuster toutes les innovations en fonction des feedbacks. 

Qui utilise le Design Thinking ?

Qui utilise le Design Thinking ?
Photo by Andrea Davis on Unsplash

Une formation au Design Thinking convient entre autre à un chef d’entreprise, à un manager, à un gestionnaire de projet… En effet, cette méthode permet de tirer profit de toutes les compétences disponibles et de gérer efficacement les équipes. Les industries peuvent aussi optimiser la gestion des ressources grâce à cette approche. 

Du workshop au Mooc, il existe désormais une myriade de solutions pour découvrir ce qu’est le Design Thinking. Les formateurs se focalisent par ailleurs sur la manière d’améliorer les performances des participants. Ces derniers proviennent le plus souvent de secteurs très compétitifs, mais à fort potentiel. 

Sans surprise, les grands acteurs du Web sont le plus enthousiastes à promouvoir le Design Thinking. Cette méthode permet notamment d’améliorer en permanence les interfaces et l’UX (expérience utilisateur). Dans la pratique, ce processus requiert l’intervention de toute l’équipe, des marketeurs aux webdesigners. 

Cela dit, le Design Thinking peut être utilisé par différents profils de professionnels. Cette approche a d’ailleurs fait ses preuves dans l’hôtellerie en perfectionnant continuellement les concepts et la relation client. Le succès exige toutefois l’engagement de tous les collaborateurs (créatifs, techniciens, stagiaires…). 

Pourquoi se former au Design Thinking ?

Pourquoi se former au Design Thinking ?
Photo by Dylan Gillis on Unsplash

Suivre une formation Design Thinking est indispensable pour déployer les réserves de créativité et d’ingéniosité de l’équipe. D’ailleurs, le cloisonnement peut rapidement devenir handicapant dans tout secteur d’activité. Il est donc impératif d’apprendre à collaborer et co-créer pour réussir à innover. Or, les concepts innovants sont les clés du succès en entrepreneuriat. 

Au-delà de la collaboration interne, l’écoute des clients est également un paramètre crucial en Design Thinking. Il faut en effet introduire les cibles finales dans le cadre du processus de création et de perfectionnement des produits ou services. De cette manière, l’offre fournie correspondra exactement aux attentes de la population visée. 

Dans ce contexte, les réseaux sociaux représentent une excellente manière de se servir du numérique pour sa start-up. Cette approche nécessite toutefois une certaine agilité sur le plan technique et humain. Il ne s’agit pas seulement de se concentrer sur la partie opérationnelle de son activité. L’entrepreneur doit aussi penser à la finalité de ses efforts marketing et commerciaux, à savoir sa clientèle

En somme, la gestion de projet requiert des compétences managériales et certaines aptitudes personnelles. Il faut donc apprendre à écouter les clients et les experts en marketing, ingénierie, etc., pour développer son activité professionnelle. 

Image de couverture par Ulrich Wechselberger de Pixabay

Voir d'autres news