Google a publié une déclaration signée par son PDG, Sundar Pichai, et la vice-présidente des ressources humaines, Elieen Naughton, sur les cas de harcèlement sexuel dans l’entreprise. Dans ce rapport, les dirigeants soulignent les efforts de Google pour rendre les lieux de travail sûrs, en disant qu’ils examinent minutieusement chaque alerte de harcèlement sexuel et de comportement inapproprié.

Plusieurs personnes licenciées

A la suite d’un scandale sexuel impliquant prétendument le créateur d’Android, Google a rapporté qu’au cours des deux dernières années 48 personnes ont été licenciées pour harcèlement sexuel

 

Ils rapportent également avoir agi sérieusement même si les accusés sont membres dirigeants de la société. Ainsi, selon la déclaration, au cours des deux dernières années ont été licenciés 48 personnes pour harcèlement sexuel, dont 13 étaient des cadres supérieurs de l’entreprise.

Déclaration de Google est produite par les informations que le New York Times publié hier sur le créateur de Android, Andy Rubin, qui a quitté Google en 2014. Les nouvelles accusaient Rubin d’avoir commis du harcèlement sexuel contre un employé et indiquaient également que l’entreprise lui avait versé 90 millions de dollars en compensation après son départ de Google.

Andy Rubin s’est défendu sur Twitter

Andy Rubin s’est défendu sur Twitter, arguant que de son abandon de Google contient de nombreuses erreurs, affirmant qui n’a jamais essayé de personne et établissant que les chiffres concernant son règlement sont, extrêmement exagérés.

Dans le cadre du départ de Rubin, Google déclare qu’aucun des 48 employés n’a reçu de compensation financière dans le cadre de leur renvoi. Depuis 2015, Google a maintenu une initiative appelée [email protected], qui vise à offrir une transparence totale dans les cas de harcèlement sexuel dans l’entreprise.

En tout cas, le communiqué de presse n’a pas fait directement référence au cas de Rubin, qui dans ses tweets accuse l’accusation faite par le New York Times à une campagne de harcèlement et démolition, car il est en plein divorce et une bataille juridique pour la garde de ses enfants.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here