Le tourisme en orbite va bientôt arriver !

Le tourisme en orbite va bientôt arriver !

Un rêve de gosse… Aller passer ses vacances en orbite, contempler un lever de lune, un coucher de terre? Ce rêve-là pourrait bien voir le jour. Réservé jusqu’à présent à de rares milliardaires, le tourisme spatial a maintenant ses ambassadeurs « grand public ». Les projets foisonnent, même si les prix restent élevés…

Ils l’ont fait une office du tourisme mondial!

Via l’agence space adventures (américaine) et le programme spatial russe, 8 milliardaires ont, depuis 2001, pris leurs vacances à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), pour la modique somme de 20M? à 35M?. Aujourd’hui, le prix du ticket a augmenté, crise oblige, et est plus proche des 40M?.

Dans les autres pays, seuls quelques scientifiques ont été envoyés officiellement dans l’espace pour y opérer des recherches, à bord de la navette spatiale américaine notamment.

Vers une privatisation de l’espace avec des vaisseau spatial

Mais la donne est en train de changer, aux Etats-Unis justement. En février, l’administration Obama a annoncé que la NASA devrait abandonner le marché des vols habités (de la fabrication matérielle tout au moins) à des sociétés privées, telles que Space X. Ainsi, les 7 milliards d’Euros du programme « Constellation » (destiné à remplacer la navette spatiale et à acheminer des astronautes vers l’ISS et/ou la lune) vont être annulés. Au lieu de cela, la NASA fournira des capitaux de lancement à de jeunes sociétés privées, puis leur achètera des places sur leurs lanceurs.

Plusieurs échecs du secteur privé dans le domaine de l’aérospatiale (explosion de la fusée Falcon 1 en 2008 par exemple) alimentent les railleries et les indignations d’anciens membres d’équipage de la NASA, des responsables de l’aérospatiale et de nombreux autres spécialistes convaincus que l’envoi de vaisseaux en orbites, surtout s’ils sont habités, nécessite un plan d’action sur des décennies, des fonds de plusieurs milliards d’euros, et un savoir faire technique qui a fait ses preuves.

Space Ship Two de Virgin Galactic

Néanmoins, cette étape ouvre une nouvelle ère, qui voit se développer de nombreuses initiatives privées de développement de vols spatiaux habités. La privatisation ouvre à la concurrence, et donc à la baisse des prix on peut dès maintenant se faire des films sur l’avenir.

Orbital ou suborbital pour le tourisme?

En terme de « tourisme » , Il ne faut pas confondre Vol spatial et Séjour spatial ! Si des essais comme Spaceship 1 en 2004 ont permis à des entreprises privées de voler pendant quelques minutes à une altitude de 100 km (Suborbital), il est beaucoup plus compliqué de s’arracher complètement à l’attraction terrestre, pour pouvoir jouir d’un séjour en orbite. Et se rendre sur la lune est encore une autre paire de manche. L’agence spatiale russe est la seule à fournir la possibilité d’aller jusqu’à l’ISS. C’est un séjour de quelques jours dans l’espace, demandant un entrainement et une préparation physique intense de plusieurs mois. Mais des sociétés commercialisent dès aujourd’hui des voyages de quelques heures aux frontières de l’atmosphère.

C’est pour demain les voyages de tourisme?

Virgin Galactic, fondée par Richard Bronson (créateur de Virgin) et Bill Richardson (Gouverneur de l’état du nouveau mexique) propose de réserver votre ticket pour l’espace dès aujourd’hui, pour un vol prévu en 2012. Ce vol sera Suborbital, c’est à dire à la limite de l’attraction terrestre. Ce n’est pas un séjour, mais un simple voyage, nécessitant une bonne forme physique et 2 jours d’entrainement seulement.

Ce voyage « éclair » aux portes des étoiles vous coûtera 200.000$. Les avions-fusée sont prêts, et le spatioport est en construction au nouveau-mexique. Plusieurs milliers de personnes ont déjà réservé leurs billets d’après Virgin Galactic. Rien ne s’oppose donc?Propulsé par son moteur-fusée à oxygène liquide et méthane, Spaceship 2 (dont les tests ont été probants) vous arrachera du sol, puis coupera son moteur pour décrire une parabole culminant à 100km d’altitude, offrant une vue imprenable sur la terre et les étoiles, l’atmosphère comme une fine couche bleue, et la liberté de l’apesanteur, durant 4 minutes environ.

C’est pour après demain le voyage spatial?

Être propulsé à 100km d’altitude pendant quelques minutes est une chose, mais atteindre les 7,7 km/s nécessaires pour s’arracher complètement à l’attraction terrestre et placer une charge en orbite stable à 300km d’altitude en est une autre. Si la privatisation de l’aérospatiale se poursuit, la place pour un séjour à bord de l’ISS pourrait descendre de 40 M? à 4 M?. Certains ont déjà compris que bientôt, l’ISS serait saturée et ont pris le pari de construire des structures orbitales permettant d’accueillir des touristes en séjour :

C’est le cas de la firme européenne Galactic Suite Resort, qui loue déjà les chambres de son hôtel dans l’espace. 3M? pour 3 jours dans l’espace, incluant une préparation de 8 jours dans une île paradisiaque.Un séjour près des étoiles, promettant 15 levers de soleil par jour, et un tour du monde toutes les 80 minutes. Bref pour le moment on peut voir cela que dans un film en streaming sur le net !

La société envisage déjà un hôtel sur la lune, et même un autre sur mars ! Caprice de riche épris de folie des grandeurs, ou véritable avancée humaine? Aujourd’hui le tourisme spatial n’est plus du domaine de la science fiction, mais il sera, pour longtemps encore, réservé à une élite, de par son coût et la nécessité d’avoir une santé de fer. En outre, certains tirent la sonnette d’alarme écologique, criant au scandale devant la pollution engendrée pour le bon plaisir de quelques milliardaires. Je vous laisse découvrir à ce sujet l’article paru dans libération.

Enfin, la sécurité est évidemment un des points clés de ce secteur, et beaucoup restent septiques devant ces sociétés privées, qui souhaitent s’imposer. Pour Neil Amstrong, icône de l’histoire spatiale, il faudra des années et des investissements considérables avant que des sociétés privées n’atteignent le niveau de sécurité et de fiabilité de la NASA . Le manque de compétence pourrait se traduire par un accident mortel, qui se solderait par un coup d’arrêt durable de l’aventure de l’homme dans l’espace.

Les avis de nos lecteurs sur le tourisme spatial :

Premièrement je tiens à dire que c’est un super article et que, vu de ma faible expérience en la matière, je l’avoue, c’est très instructif!
Bravo en général pour le blog, super initiative, culturellement parlant c’est simple, clair, concis, bien écrit, chapeau.
Ensuite, pour en revenir plus précisément à l’article en lui-même, deux choses :
Primo, je ferai jamais ça! 40 millions pour avoir les tympans écrasés et les poumons en raisin sec, le rapport qualité prix est moyen! Après je suis une fille et je pense que les garçons qui ont eu des posters de l’espace dans leur chambre ont une toute autre vision que la mienne. Bande de rêveurs!
Segundo, je fais confiance aux sources, et donc, cet article ne fait que confirmer que j’ai raison dans ma théorie comme quoi : Aucun être humain terrestre n’a marché sur la lune. On nous prend gentillement pour des cons en nous disant que la Russie était meilleure, que c’est déjà un gros effort que d’arriver déjà à 300 km d’altitude, alors 384 000? Oui j’ai la crédulité d’une mamie, mais moi, personne me fera croire qu’Armstrong ait marché où que se soit à part dans un studio de la CBS (ou autre). Mais c’est assez drôle de voir leur projet d’hôtel sur la lune. L’architecture ultra futuriste qui dans 20 ans nous fera passé pour « Retour vers le futur » quand Marty Mc Fly arrive en 2015 et que les voitures volent. 2011, toujours des embouteillages aux feux rouges!

En tout cas bravo, c’est super!